Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 13:45


logo-G-de-France.gif Logo-routard.jpg
                                     
Bonjour, bienvenue sur le blog de L'Eau Vive 
Vacances Vertes dans le Sud Morvan      
"L'Eau Vive "  
 Chambres et table d'hôtes de grand confort "3 épis" au coeur du Parc Naturel Régional du Morvan
(mis à jour le 28 janvier 2014  

 
Saint-Prix---t--.jpg

 

RESERVATION

Catherine DENIS  -

"L'EAU VIVE"   -     Le Bourg
71990 SAINT PRIX EN MORVAN

 Tél : 03 85 82 59 34 

 

 e-mail : renecat.denis@orange.fr 



En 2014 , ouverture du samedi 12 avril au dimanche 15 juin et du mercredi 2 juillet au dimanche 2 novembre  
Logo-routard.jpg 
 
logo-guide-vert-michelin
 
        
              Recommandé par le Guide Vert Michelin
                      et  le Guide du Routard  

   __________________________________________________________________________________________________________           

 

   PLAN DU BLOG .... quelques photos pour commencer

     1 - Les chambres et la table                   2 - Informations pratiques                      3 - Bibracte et le Mont Beuvray              4 - Autun                   
                 
     5 - Château de Bazoches                       6 -  Beaune                                          7 - Vézelay                                          8 - Temple des 1000 bouddhas 
  
   
     9 -
 Tryptiques de Ternant                      10 - Château de la Rochepot                  11 -  Abbaye de Fontenay                     12 - Le vignoble

                                                        13 - Images du Sud Morvan                  14 - Le Flottage du bois dans le Morvan
          
     __________________________________________________________________________________________________________               
   

 

Eau-Vive-2 4134

 

 

jardin-copie-1.jpga-la-maison.jpg













 

 

 

 

Blogoviv 5925 2fleurs-2.jpg





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


















 

 

 

 


 

 

 

Blogoviv 1216

 

 

 


IMG-0480.JPG

IMG-1061.JPG


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P8310034IMG-0226.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Blogoviv 0117

 

 

 

Blogoviv 5915Blogoviv 5917

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Blogoviv 5915 b

 

 

 

___________________________________________________________________________________________________________

Liens

logo-20BVA.jpgOTSI.jpg 

              Logo-routard.jpg          logo-G-de-France.gif         logo-Paut-n--e.png              PartBibracte.jpg

                                                                                                                   La Paut'née

  Nous vous recommandons une excellente adresse (chambres et table d'hôtes) dans le Nord du Parc du Morvan :   www.labrosse-morvan.com
    
 _________________________________________________________________________________________________________________________________________

Repost 0
Published by René Denis
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 16:00

Les Chambres



_3678-copie-2.JPGfen--tre.jpga-chambre-1.jpg






 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chambre n° 4  -  3 personnes ( 1 lit 2 pers + 1 lit 1 pers)                                                                                                      Chambre n° 1  -  3 personnes ( 3 lits 1 pers) 

TARIF 2014

Nuitée
   (Chambre et petit déjeuner) 

1 personne………………….….……44 euros


2 personnes……………….….…...53 euros

3 personnes…………………...……66 euros

Taxe de séjour en sus : 0,50 euro par jour et par personne

Animaux non acceptés


IMG-1166-copie-1.JPG

 

          



















                          Chambre n° 3  - 1 lit 2 personnes                                                                                 Chambre n° 2  -  1 lit 2  personnes
                                                         

IMG-1152-copie-1.JPG

 













                     

 

               salle de bain chambre n° 2


1/2 pension

par personne, minimum 3 nuits

(boisson non comprise)


base 1 pers / chambre       Adulte.....62,00 €


 

base 2 pers / chambre        Adulte..…47,00 €
Enfant….
39,00 €

base 3 pers / chambre       Adulte…..43,00 €
Enfant….
35,00 €

Les petits déjeuners - à base de pâtisseries maison - sont copieux. Le dîner  réjouit les épicuriens : œufs en meurette, terrine de courgettes, magret de canard aux poires, bœuf charolais au pain d’épices, soupe de cerises en croûte de noix, tarte aux myrtilles, etc...

TH-Kikous.jpgIMG-1269.JPG
















A VOS CASSEROLES



 oeufs-copie-1.jpg

Les Œufs en Meurette   (pour 8 à 10 personnes)

 

- 2 oignons

- 1 échalote

- 4 gousses d'ail

- 5 carottes

- 100 g de champignons de Paris

- 1 feuille de laurier

- 1 branche de céleri

- sel, sucre et vin rouge de Bourgogne (2 litres)

- 1 ou 2 oeufs extra frais par personne

- Faire revenir tous les ingrédients sans prendre coloration.

- Ajouter de l'eau pour terminer la cuisson des carottes.

- Enlever la feuille de laurier et le céleri puis passer au mixer.

- Ajouter le vin rouge et faire réduire pendant une heure.

- Saler et sucrer si l'acidité du vin est trop forte.

- Disposer un fonds de sauce chaud dans des ramequins préalablement chauffés au four ;

- Mettre un œuf ou deux par personne

- Compléter avec la meurette et mettre au four à 200 degrés jusqu'à ce que le blanc de l'œuf commence à durcir (œuf mollet et non dur).

 

 



chambresdhotesleauvive@gmail.com
TH-Magda.jpg

IMG-1140.JPGchardonnay-20raisin.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La Table d'hôtes



a-Table-h--tes.JPGa-TH-ext--rieure.jpg










La Table d'hôtes
   -  
Cuisine de qualité  

Seulement pour le dîner, à 19 h. 30 et sur réservation
   
Un soir par semaine, la table d'hôtes est fermée.


Menu unique
, par personne

boisson non comprise…………….......22.00 €

(carte des vins de 2,00 à 35 €)

1/4 de vin ordinaire compris……..…...24.00 €

menu enfant (- de 10 ans)
…………..….14.00 €

La table d'hôtes est réservée aux résidents. Elle n'est pas obligatoire.


Repost 0
Published by René Denis
commenter cet article
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 16:00
 






jeudi 29 mai 2008

L'offre d'accueil ne cesse de s'accroître sur l'Autunois

Chambres d'hôtes, une clé pour des vacances singulières

Ils ont aménagé leur grange ou réhabilité la salle de jeux qui ne servait pas... Tous proposent un accueil très personnel aux
touristes de passage. Le contact humain n'est pas compté en supplément.

Les chambres d'hôte connaissent un véritable essor depuis plusieurs années. Tant du côté de l'offre que de la demande. Les touristes,
 français mais aussi étrangers, sont en quête d'un accueil plus personnel et avides des conseils des autochtones quant aux bons coins
 de la région à visiter.A la ville comme à la campagne, l'Autunois regorge de ces offres de logement particulièrement personnelles.

A Autun, dans les Vieux Quartiers, c'est une salle de jeux que Jean-Baptiste et Nadine Brun ont transformée pour proposer un petit
 nid douillet pour deux personnes. « Cette pièce au rez-de-chaussée était inoccupée lorsque nous avons acheté la maison en 2000.
On a tout de suite eu l'idée d'en faire une chambre d'hôte ».

 
Autre cadre, autre ambiance, une vingtaine de kilomètres plus loin
.

L'Eau Vive, à Saint-Prix, est tenue par Catherine et René Denis. « C'est un ancien bâtiment d'exploitation qui était là quand on a
 emménagé. On a gardé la coquille et tout refait à l'intérieur pour proposer quatre chambres et un salon », relate René Denis. Installés
dans ce petit village du Sud Morvan depuis 1993, le couple cherchait une localisation pas trop éloignée de Paris. « Nous avons un paysage exceptionnel, les gens apprécient la campagne et surtout d'avoir une telle vue depuis leur chambre », souligne Catherine Denis.

Cuisine maison;
Le label des Gîtes de France (3 épis) est en évidence à l'entrée de la maison. « Nous sommes recensés dans différents guides également dont celui du Routard, le Guide vert Michelin et d'autres publications à l'étranger ». C'est aussi le blog qui fait connaître l'Eau Vive. « Indispensable ! », insiste René Denis, fan des nouvelles technologies.
Une table d'hôte est proposée le soir aux « locataires » qui apprécient la cuisine maison. « Je fais des spécialités bourguignonnes... à ma façon ! Tarte à la moutarde à l'ancienne, bœuf charolais au pain d'épices, plateau de fromage notamment de la ferme «voisine» du Rebout. Je fais tout maison. Nos hôtes veulent de l'authenticité… », commente Catherine. Et quand il s'agit d'activités de plein air, c'est René qui répond présent «Parfois, j'accompagne les balades, ou je trace sur la carte IGN le circuit du jour».
                                                                                                             A Saint-Prix, ce sont quatre grandes chambres « avec vue »
                                                                                                                                                            que propose l'Eau Vive

                                                                                                                                                                    

Le record de durée : «Des Allemands qui sont restés 21 jours. Ils alternaient marche, découverte culturelle et repos ». Le petit étang
au fond de la propriété, le chien amical, et les chats volontiers câlins participent à leur manière au charme de l'Eau Vive.
«De nombreuses personnes ne veulent plus aller à l'hôtel, notamment à la campagne où ils sont confinés entre 4 murs. Là, ils profitent
tout de suite de la nature ».
    


                                                                                                                                     
Muriel Judic



Repost 0
Published by rené denis
commenter cet article
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 19:42

Catherine et René DENISPlan-d-acc--s-copie-1.jpg

L’EAU VIVE  -  Le Bourg - 71990   SAINT PRIX   

Tél :  03 85 82 59 34    e-mail   renecat.denis@orange.fr    
Web
 
www.leauvive.over-blog.com

 

Le village, au fond le Mont Beuvray   
 

        Blotti au cœur de la montagne morvandelle, à mi chemin d’Autun et de Château Chinon, le petit village de Saint Prix s’étire paresseusement à flanc de coteau . Pays d'élevage et de traditions, verdoyant et fleuri au printemps, flamboyant l'automne venu, ce petit coin du Sud Morvan accueille des visiteurs en quête d’air pur, d’espace et de calme. "L’eau Vive" avec ses 3 hectares de prairies et de ruisseaux offre tout cela.

         Sur la photo du village notre maison est la première à droite. Le bâtiment chambres d’hôtes se trouve à côté, masqué par le sapin. Les champs alentours font partie de la propriété. 150 kilomètres de sentiers balisés partent de la Place de l'Eglise … et il y en a encore bien d’autres à découvrir . Parking. Local vélos et motos - Animaux non acceptés .

 

Pour venir à "L'Eau Vive" 

          Saint Prix se situe à 20 km à l’ouest d’Autun (sortie Moulins) et à 4 km au nord de Saint Léger sous Beuvray. Si l’on vient du Sud ( Saint Léger sous Beuvray) , au centre du bourg suivre la flèche "chambres d’hôtes", passer devant l’église ; "L’Eau Vive" est à 200 mètres, à droite de la route, au bout d'une allée de tilleuls.      
           Si l'on vient du Nord (Gorges de la Canche) l'entrée de "L’Eau Vive" se situe à gauche de la route, 300 m après le panneau  "SAINT PRIX". 
                                                              coordonnées GPS :  4°4 , 4491' Est    -    46°57 , 4148' Nord

Le bâtiment des chambres d'hôtes

Entièrement réservé aux hôtes qui disposent d’un accès particulier, il comprend une entrée, un salon et les 4 chambres. 

Chambre n° 1 (30 m2, sanitaires compris), 3 lits 1 personne.
Salle d’eau avec douche - Toilettes séparées de la salle d’eau - Vue sur le village

Chambre n° 2 (25 m2, sanitaires compris), 1 grand lit 2 personnes (160 X 200). Baignoire avec douche . 
Toilettes séparées de la salle de bains . Vue sur le village et la campagne.

 

Chambre n° 3 (26 m2, sanitaires compris), 1 lit 2 personnes - Baignoire avec douche,

Toilettes séparées de la salle de bains - Vue sur la campagne.

 

Chambre n° 4  (jaune) (27 m2, sanitaires compris), 1 lit 2 personnes, 1 lit 1 personne

Salle d’eau avec douche - Toilettes séparées de la salle d’eau - Vue sur la campagne.

 

Le Salon ( 30 m2 )  et sa cheminée  sont entièrement réservé aux hôtes (photo).

 

Visiter et randonner  (carte Michelin n° 69 et carte IGN TOP 25 "Mont Beuvray  Haut Folin" n° 2825)

Voir aussi la page "visiter "du Blog.

Dans les environs on peut visiter la ville d’Autun, cité gallo-romaine, ville d’art et d’histoire, le site archéologique et le remarquable musée de la civilisation celtique de Bibracte (Mont Beuvray) et randonner dans le bocage et le massif forestier du Haut Folin. 
La-Goulette.png
Etang de La Goulette à Saint Prix


Dans un rayon de 30 à 40 km
 : Château Chinon (musées du septennat et du costume), les triptyques de Ternant , les châteaux de Couches et de Sully, le temple des mille Bouddhas et le lac des Settons.

Entre 60 et 100 km : Les hospices de Beaune, les châteaux de Bazoches et de La Rochepot, Vézelay, Clamecy, l’abbaye de Fontenay, Cluny…et le vignoble bourguignon.

Repost 0
Published by rené denis
commenter cet article
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 07:30

 

 

Bibracte (Mont Beuvray)        (à 6 km)

Edifiée sur le Mont Beuvray, à quelques encablures du massif du Haut Folin (901 m), entourée de remparts, peuplée d'environ 12000 habitants, Bibracte était la capitale d'un des peuples les plus puissants de la Gaule, les Eduens.

C'est ici que Vercingétorix fut proclamé chef de la coalition gauloise. Mais c'est aussi à Bibracte que Jules César, vainqueur à Alésia, acheva la rédaction de ses "Commentaires sur la Guerre des Gaules".

Quelques décennies après la conquête romaine, Bibracte fut abandonnée au profit d'Augustodunum, la future Autun, à 25 km du Mont Beuvray. Et la ville s'endormit pour des siècles, fossilisée, conservée au coeur de la forêt.

Redécouverte, identifiée et explorée depuis le milieu du 19ème siècle, Bibracte est devenue une référence pour l'étude des peuples celtes. Les fouilles ont repris en 1984 avec le concours de chercheurs venus d'une dizaine de pays européens.

En 1996 a été inauguré le musée de la civilisation celtique. Ses 1600 m2 d'exposition recréent, à l'aide de maquettes, de supports audiovisuels et d'objets découverts dans les fouilles, le cadre de vie de nos lointains ancêtres. Chaque année une exposition temporaire met en valeur un des aspects de la vie quotidienne à leur époque. (en 2009, "La Tène, un pont de l'âge du fer chez les Helvètes").

Site exceptionnel le Mont Beuvray séduit aussi par ses paysages et par ses "queules", hêtres tordus aux formes fantastiques. Du sommet la vue s'étend jusqu'aux rocs erratiques d'Uchon avec en arrière plan - si le ciel est bien dégagé - les Alpes et le Mont Blanc. Dans la vallée on aperçoit le Temple des mille bouddhas, reconstitution monumentale d'un temple du Bhoutan, spectacle insolite et dépaysant au coeur de la Bourgogne profonde.

 photos Antoine Maillier © BIBRACTE

Pour visiter : Musée de la civilisation celtique - 71990 Saint Léger sous Beuvray

Tél : 03 85 86 52 35     Courriel : info@bibracte.fr     Site : www.bibracte.fr

_____________________________________________________________________________________________________________________________________

Autun        (à 20 km)
Autun

Autun-vue-g--n--rale.jpgautun-kiosque-musique.jpgautun-Les-T--lots.jpg


 
Autun-cath--drale-copie-1.jpg"Sœur et émule de Rome", ainsi était décrite l'opulente cité d'Augustodunum. Bien que d'une Autun-tympan.jpgimportance moindre Autun demeure une ville attachante. La beauté de son cadre, l'harmonie de son plan de ville, les vestiges de l'époque gallo-romaine, les rues médiévales, les sculptures de la cathédrale et les richesses de ses musées ne peuvent que séduire les visiteurs.

De ce qu'était la ville antique subsistent aujourd'hui deux portes monumentales, de superbes remparts, les ruines d'un théâtre de 20000 places, l'imposant temple de Janus et l'énigmatique Pierre de Couhard.
autun-art-roman.jpg
En partie détruite lors des invasions du 3ème siècle la ville va connaître un regain de prospérité au Moyen Age, sous l'impulsion de Nicolas Rolin fondateur de l'Hôtel-Dieu de Beaune et de son fils Jean qui participa activement au renouveau artistique. 

La cathédrale Saint-Lazare est l'une des plus belles églises romanes de style clunisien de la région, parée de gothique flamboyant. Le tympan du portail central, œuvre de Gislebertus,est remarquable.

                                                               
Le Musée Rolin présente un fonds médiéval comprenant notamment "la nativité au Cardinal Rolin" par le Maître de Moulins et la "Vierge polychrome d'Autun". Il abrite également des départements consacrés à l'archéologie gallo-romaine, à  la peinture européenne à partir du 17ème siècle et à l'histoire régionale.  

A proximité, le Muséum d'Histoire naturelle retrace le passé géologique du Morvan. Il présente, dans son contexte d'époque, une belle collection de minéraux et de fossiles.
 
Tous les mercredis et vendredis la place du Champ de Mars s'anime.C'est jour de marché et l'occasion d'admirer les beaux édifices qui l'entourent : Le théâtre à l'italienne bâti à la fin du 19ème siècle, l'Hôtel de Ville et sa bibliothèque ainsi que le Lycée Bonaparte qui abrita du temps des jésuites Napoléon, Joseph et Lucien Bonaparte. autun-porte-d-aroux.jpgAutun-rempart.jpg
autun-temple-de-janus.jpg
.


_____________________________________________________________________________________________________________________________________



Beaune       
(à 70 km)             www.ot-beaune.fr          www.hospices-de-beaune.com    


IMG-1185.JPGbeaune-1-copie-1.jpgIMG-1194.JPG

        Célèbre pour ses Hospices et ses remparts, Beaune est non seulement la capitale des vins de Bourgogne, mais encore une ville d'art médiévale au charme surprenant. Ce sont les Gaulois qui ont construit les premières maisons de la ville vers 52 avant J.C. D’où le nom de Beaune provenant du Dieu solaire celtique Belen.

        Après les invasions barbares, Beaune se développe. Une enceinte forte est construite au XIIème siècle, située sur le tracé de l’enceinte actuelle. Cette voie de passage entre le Nord, le Midi et l’Est devient alors la capitale du Duché de Bourgogne. Les Ducs choisissent d’établir leur palais et leur parlement à Beaune.

Beaune, ville d’art et de culture, détient une histoire cachée derrière les façades des monuments privés ou publics. 
        En témoignent : l’Hôtel-Dieu ou Hospices de Beaune, fondé en1443 par Nicolas Rolin et Guigone de Salins son épouse, pour venir en aide aux nécessiteux, l’Hôtel  des Ducs de Bourgogne où est installé le musée du vin, la collégiale basilique Notre-Dame de style roman clunisien, la porte Saint-Nicolas et l’ancienne Église de l’Oratoire, le couvent des Minimes, les remparts avec leurs tours imposantes, etc…

        Située au coeur d’un grand vignoble, la cité médiévale est devenue au fil des ans, la capitale du Bourgogne. Beaune est la ville des maisons de vins dont les caves laissent vieillir des millions de bouteilles, maisons parfois très anciennes, spécialisées dans l’élevage et le commerce des vins. Tous les ans la vente des vins  des Hospices de Beaune attire quelques célébrités et des milliers de curieux.

beaune-le-march--.jpghospices-room-of-the-poor-p.jpg

IMG-1198.JPGIMG-1242.JPGMus--e-du-vin-Beaune.JPG
_____________________________________________________________________________________________________________________________________

Vézelay        (à 100 km)
          
     
     Aux confins du Morvan, Vézelay "la colline éternelle" chère à Maurice Druon, petit village de moins de 600 habitants, mondialement connu pour sa Basilique Sainte Madeleine,  merveille de l'art roman bourguignon, reçoit chaque année des centaines de milliers de visiteurs. 
          Construite au début du 12ème siècle la basilique voit passer d'illustres personnages : Saint Bernard, Saint Louis, l'archevêque de Cantorbery Thomas Becket… Richard Cœur-de-Lion et Philippe Auguste s'y rencontrent avant leur départ pour la troisième croisade.
          Plus tard c'est le début d'un long déclin. Ruinée par la guerre de 100 ans, pillée par les huguenots en 1569 elle est en partie détruite à la Révolution. C'est à Viollet le Duc que reviendra, après vingt années de travaux de restauration - parfois contestés- l'honneur de sauver Vézelay de l'oubli. 
          Etape obligée sur la route de Saint Jacques de Compostelle, Vézelay compte parmi ses habitants de nombreux intellectuels adeptes des lieux où souffle l'esprit. L'UNESCO a inscrit la basilique et le village à l'inventaire du patrimoine mondial.
                                   
vezelay2-colinne-copie-1.jpgv--zelay-rue.jpg

vezelay-d-avion.jpgvezelay-portail.jpgVezelay030.jpg

_____________________________________________________________________________________________________________________________________


Château de Bazoches        (à 70 km)    www.chateau-bazoches.com

Le château de Bazoches présente un double  intérêt historique et touristique


Le XIIème siècle

C’est à cette époque, vers 1180, que fut édifié le château tout comme la basilique de Vézelay (située à 10 kilomètres) d’où partirent pour la troisième croisade les rois Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion qui s’arrêtèrent à Bazoches avant de gagner la Terre Sainte.Bourgogne-Bazoches.jpg

Le Maréchal de Vauban

Celui-ci acquit Bazoches, en 1675, grâce à une importante subvention que lui accorda Louis XIV, à la suite du siège de Maëstricht (Hollande) où la ville fut prise en treize jours seulement.
Dès 1680, Vauban transforma le château en garnison. Il fit fermer, dans sa partie supérieure, l’aile ouest du château qui, jusqu’alors, était ouvert sur la vallée et fit percer un deuxième portail afin que le
s carrosses puissent évoluer plus aisément dans la cour intérieure. Il compléta les communs en agrandissant les écuries (pour y recevoir une soixantaine de chevaux) et créa un pédiluve.

2007 représente pour le château de Bazoches sa 15 années de travaux ininterrompus, sa 11ème année d’ouverture au public et bien entendu le 300ème anniversaire de la mort de son illustre propriétaire le Maréchal de Vauban.

Classé parmi les plus hauts lieux du tourisme bourguignon, le château de Bazoches est cette année Site Candidat au Patrimoine Mondial de l'Unesco dans le cadre du Réseau des sites majeurs Vauban.



Bazoches-ch--teau.jpg

 

 








______________________________________________________________________________________

Le Temple des 1000 Bouddhas        (à 30 km) 
www.mille-bouddhas.com

Le Très Vénérable Kalou Rinpoché (1904-1989) a fondé le centre en 1974. Il est connu comme « Lama Kyabjé » : le Lama, Seigneur du Refuge. S’il a pu guider des milliers d’êtres de par le monde, c’est parce qu’il était un lama doué d’un amour incommensurable et universel, un détenteur de méthodes efficaces pour aider les êtres à se sortir de l’océan de souffrances du samsara.

Dans la tradition, on considère que tout provient du Lama qui est en essence l’union de tous les bouddhas et de toutes les divinités : les initiations, les instructions de pratique, les bénédictions, et même les réalisations. D’où la nécessité pour les disciples sincères de cultiver une confiance stable dans le Lama, sur la base d’une compréhension juste de ses qualités. Et pour le Lama de se montrer lucide et prudent avant d’accepter de nouveaux disciples.

1000bouddhas2-copie-1.jpg1000bouddhas1bis-copie-1.jpg


























1000bouddhas6-copie-1.jpg1000bouddhas4.jpg














______________________________________________________________________________________________________


Les Tryptiques de Ternant (Nièvre)       
(à 35 km)                         
www.ternant.fr     

ternant-1.jpg
Ternant, village proche de Luzy,  est une ancienne baronnie dotée d ‘une forteresse.

Au XVè siècle le baron
Philippe de Ternant fut chambellan de Philippe le Bon, duc de Bourgogne ; son fils, Charles de Ternant, fut compagnon d’enfance de Charles le Téméraire.

Ils commanderont la réalisation des deux triptyques qui aujourd’hui font la réputation de Ternant : 

- le retable de la Vierge, œuvre d’un atelier flamand  

- et le retable de la passion qui serait lui l’œuvre d’un atelier brabançon ; ternant-2.jpg
suite à leur restauration, ces triptyques sont actuellement mis en valeur dans un vitrine adéquate.

Une exposition, également à l’église de Ternant, décrit les techniques, styles ainsi que les différents stades de la restauration.

A proximité on recommande la visite de l'Eglise de Semelay.

Pour aller à Luzy : 

Deux possibilités, l'une par Saint léger sous Beuvray et l'Etang de Poisson, l'autre par l'Echenault, Le Puy, Petiton et la jolie vallée de la Chaute, Larochemillay.

_____________________________________________________________________________________________________



Château de La Rochepot        (à 55 km)       www.larochepot.com 
 

Le Château de La Rochepot se dresse sur son piton rocheux depuis le XIIIe siècle, à proximité du château primitif d'Alexandre de Bourgogne (XIe siècle) dont on aperçoit les ruines en se promenant alentour.

Au XVe siècle, il devient la demeure des Seigneurs Régnier et Philippe Pot, tous deux Chevaliers de la Toison d'Or et Conseillers des Ducs de Bourgogne.

Chateau-Rochepot-5.jpg

Chateau-Rochepot-6-copie-1.jpg














ChateaudelaRochepotCourtyard.jpgChateau-Rochepot-int--rieur-copie-1.jpg












____________________________________________________________________________________________________

Abbaye de Fontenay        (à 100 km)      www.abbayedefontenay.com   
 

L'abbaye de Fontenay est l'un des plus anciens monastères cisterciens d'Europe. Fondée en 1118 par Saint Bernard dans un vallon marécageux de Bourgogne, l'abbaye a traversé plus de huit siècles sans que le temps n'altère sa magnifique architecture romane. A l'exception du réfectoire qui a été démoli, toutes les salles sont parfaitement conservées: l'église, le dortoir, le cloître, la salle capitulaire, le chauffoir, la salle des moines et la forge. Fontenay attire maintenant chaque année plus de 120.000 visiteurs venus du monde entier. Outre les visites, des manifestations culturelles sont organisées chaque été (concerts, théâtre...).

fontenay-3-copie-1.jpgfontenay-4-copie-1.jpgfontenay-copie-1.jpg













fontenay-2-copie-2.jpg
  

Repost 0
Published by rené denis
commenter cet article
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 22:05

LE MORVAN  

Morvan.jpg

Le Morvan, îlot granitique au cœur de la Bourgogne calcaire, pays authentique et mystérieux, vieille montagne étagée de verts mamelons offre ses paysages superbes où se mêlent à l'infini forêts, bocages, villages, rivières et lacs… Ce paradis de la randonnée multiplie les grands espaces vierges. On y jouit d'une vraie qualité de vie dans un environnement naturel protégé, loin des pollutions citadines et des inévitables embouteillages. On y est bien accueilli par des morvandiaux, heureux  de l'être, soucieux de préserver leurs traditions et leur culture, sachant boire et manger comme tout bon bourguignon qui se respecte.

            Autun, Vézelay ou encore  l'antique Bibracte, c'est  notre histoire qui émerge du passé. Le Mont Beuvray conserve le souvenir de Vercingétorix et de Jules César, Napoléon Bonaparte et Talleyrand ont séjourné à Autun, le Maréchal Vauban a vécu au château de Bazoches, Jean Baptiste Corot a eu sa période morvandelle, Louis Charlot peintre morvandiau participa à l'exposition universelle de 1900, Château-Chinon a vu son maire, François Mitterrand, devenir Président de la République 

            C'est à Saulieu que les successeurs de Bernard Loiseau portent haut les couleurs de  la gastronomie bourguignonne, et non loin de là, à Saint Père sous Vézelay qu'officie Marc Meneau. A côté de ces maisons prestigieuses - à prix d'exception- on trouve dans le Morvan d'autres très bonnes tables où la qualité de l'accueil le dispute à l'excellence des menus et à la douceur des prix.  Il y a même, depuis peu, un réseau de cafés de pays   où fleurent bon l'accent du terroir  et les plats traditionnels.


 

Il y a beaucoup à découvrir dans ce Morvan longtemps et injustement délaissé. La vie n'était pas toujours facile pour ceux qui l' habitaient. Les rivières, et notamment l'Yonne conservent, gravées  dans leurs berges, la mémoire du rude métier des flotteurs de bois.  En témoignent les documents conservés au Musée de Clamecy.

 

Il n'est pas si loin le temps où les galvachers allaient jusqu'en Anjou ou le Nord de la France se louer avec leurs bœufs;  ni celui où "les nourrices du Morvan" montaient à Paris ou partaient pour l'étranger afin de subvenir aux besoins de la famille restée au pays. Témoin la "nounou" ci contre, Marie Girard, originaire de Saint Léger de Fougeret portant dans ses bras le fils du kaiser Guillaume II.


Photo de 1901 prêt de sa petite fille, Camille Girard-Arcelus

 

 Aujourd'hui le Morvan est une région essentiellement tournée vers l'élevage de la race charolaise et la sylviculture. Le relatif isolement dont elle a été victime l'a assez paradoxalement protégée. Elle constitue un havre naturel de paix et de verdure  pour des citadins en mal de quiétude et d'oxygène.

 

Devenu facile d'accès, à mi chemin de Paris et de Lyon, non loin du vignoble bourguignon et de Dijon, doté de sites remarquables, le Morvan l'un des trop rares poumons verts de la France, possède de nombreux atouts pour son développement touristique.

 

                                                              

 
Le Parc Naturel Régional du Morvan

 

Créé en 1970, il regroupe une centaine de communes des départements de la Côte d'Or,  de la Nièvre, de la Saône et Loire et de l'Yonne. Plus de 100 kilomètres séparent Vézelay au nord, d'Autun ville porte au sud. Son rôle est de préserver et de valoriser les milieux naturels. Il assure la promotion culturelle et l'information. Son emblème est le cheval au galop d'une monnaie éduenne découverte à Bibracte.


  La Maison du Parc est installée à Saint Brisson, on y trouve
  un écomusée, un musée de la résistance, un arboretum, un jardin botanique, un verger conservatoire.

 

Des maisons thématiques attendent les visiteurs : les Galvachers à Anost, le Seigle à Ménessaire, Vauban à Saint Léger Vauban, de l'Elevage et du Charolais à Moulins Engilbert, les musées du Septennat et du Costume à Château Chinon et le musée du Sabot à Etang sur Arroux.

 

Plusieurs associations ont été créées afin de coordonner le développement touristique. La randonnée en est un des principaux atouts: les chemins sillonnent le massif, le GR 13 le traverse sur 170 km. L'itinéraire Bibracte - Alésia relie 2 sites phares de la civilisation celtique. Les "mordus" de VTT disposent d'un réseau balisé de 2000 km. Les cavaliers en ont, quant à eux, 540 en parfait état.
 L'inauguration prochaine de la GTM (Grande traversée du Morvan à VTT) va offrir de nouvelles possibilités aux adeptes de ce sport.


D'autres activités sportives et de pleine nature telles que rafting, canoë kayak, nage en eau vive, cyclotourisme, escalade, pêche etc…offrent de nombreuses possibilités de loisirs. Les lacs et les étangs   ne se comptent plus. Mais le fleuron en est sans conteste, le lac des Settons   et sa base nautique, situés au beau milieu de la forêt morvandelle.  

Parmi les principales manifestations on peut noter en mai les journées gourmandes de Saulieu et "La Galipotte", journée de randonnées pédestres et VTT à Saint Prix; fin avril l'exposition artisanale et du terroir de Quarré les Tombes; en juillet la Fête du Crapiau à Saint Prix; au mois d'août la fête des Myrtilles à Glux en Glenne et la fête de la vielle à Anost; en septembre "La Paut'née" journée de randonnées pédestres et VTT à La Grande Verrière; fin octobre la foire aux marrons à Saint Léger sous Beuvray.




 




 



Repost 0
Published by rené denis
commenter cet article
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 12:00

  Le Morvan en images

 

Glux le village

 

GLUX EN GLENNE, le village le plus haut du Morvan

 

 

 

 

 























 


Didi-et-Tintin.jpg


















moulin-roue.jpg









Le-Pichu.JPG









arbre-campagne-perchoir-St-Prix.jpg

























Morvan-jacinthes.jpg





La--Sauteriotte-enfants.jpg






















cavaliers-Settons.jpg















pperthuis.jpg





IMG-1028.JPG

















Saint-Prix-g--n--ral.jpg















60-ans-19-11-2006-008.jpg



























canoe1-chalaux.jpgmaison2.jpg







 














IMG-0214.JPG
vtt3-copie-2.jpg 





















sabots.jpgIMG-0836.JPG























Repost 0
Published by René Denis
commenter cet article
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 06:46
Le vignoble bourguignon





Auxey-Duresses.JPGIMG-1256.JPG

                                          Le vignoble à Auxey-Duresses                                                                                            Les Caves Patriarche à Beaune

La Bourguignonne

1. C'est dans une vigne
Que j'ai vu le jour;
Ma mère était digne
De tout mon amour.
Depuis ma naissance
Elle m'a nourri,
En reconnaissance
Mon coeur la chérit.


3. Madère et champagne
Approchez un peu!
Et vous, vins d'Espagne
Malgré tous vos feux.
Amis de l'ivrogne
Réclamez vos droits;
Devant la Bourgogne,
Saluez trois fois!

Joyeux enfant de la Bourgogne
Je n'ai jamais eu de guignon,
Quand je vois rougir ma trogne
Je suis fier d'être Bourguignon!





5. Je veux qu'on enterre,
Quand je serai mort,
Près de moi un verre
Empli jusqu'au bord.
J' veux êtr' dans ma cave
Tout près de mon vin,
Dans un' pose grave
Le nez sous l' robin.

2. Toujours la bouteille
A côté de moi,
Buvant sous la treille,
Plus heureux qu'un roi.
Jamais je n' m'embrouille
Car chaque matin,
Je me débarbouille
Dans un verr' de vin.


4. Ma femme est aimable
Et sur ses appas;
Quand je sors de table
Je ne m'endors pas.
Je lui dis "Mignonne,
Je plains ton destin".
Mais ma Bourguignonne
Jamais ne s'en plaint.

 


chardonnay-20raisin.jpgcorbis-winetaster1875.jpgVolnay-Clos-des-Angles.jpgBourgogne-coche.jpg

















ph21-auxeyduresses.jpgJC-Garnier.JPG














L'âme du vin

 

Un soir, l'âme du vin chantait dans les bouteilles:                          Entends-tu retentir les refrains des dimanches
«Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,                                    Et l'espoir qui gazouille en mon sein palpitant?
Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles,                                 Les coudes sur la table et retroussant tes manches,
Un chant plein de lumière et de fraternité!                                           Tu me glorifieras et tu seras content;

Je sais combien il faut, sur la colline en flamme,                                   J'allumerai les yeux de ta femme ravie;
De peine, de sueur et de soleil cuisant                                                A ton fils je rendrai sa force et ses couleurs
Pour engendrer ma vie et pour me donner l'âme;                                Et serai pour le frêle athlète de la vie
Mais je ne serai point ingrat ni malfaisant,                                           L'huile qui raffermit les muscles des lutteurs.

Car j'éprouve une joie immense quand je tombe                                 En toi je tomberai, végétale ambroisie,
Dans le gosier d'un homme usé par ses travaux,                                 Grain précieux jeté par l'éternel Semeur,
Et sa chaude poitrine est une douce tombe                                         Pour que de notre amour naisse la poésie
Où je me plais bien mieux que dans mes froids caveaux.                    Qui jaillira vers Dieu comme une rare fleur!»

                                                                                                                                                              Charles Baudelaire, 1843

 


 


























meursault-02fm.jpgtastevin.jpg







vignoble-ete76.jpgauxey.jpg

 


___________________________________________________________________________________________________________

Repost 0
Published by rené denis
commenter cet article
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 13:50

LE FLOTTAGE DU BOIS DANS LE MORVAN

 

Au début du 16ème  siècle, Paris commençait à manquer de bois de chauffage. Les forêts du Domaine Royal étant intouchables, les bois avoisinants avaient été progressivement dévastés. On se tourna alors vers les grandes forêts du Morvan qui constituaient, pensait on, une réserve inépuisable de combustible.

Flottage-au-saut-de-Gouloux.jpgLe transport de bois par flottage sur les rivières est sans doute vieux comme le monde. Restait à l’organiser méthodiquement sur l’Yonne et ses petits affluents capricieux qui sillonnent le Morvan, avant de l’acheminer vers Paris. Plusieurs essais eurent lieu sur l’Yonne et la Cure. La technique ayant été mise au point par Charles Lecomte, c’est Jean Rouvet, un négociant parisien, qui en organisa le commerce. C’est ainsi que le premier train de bois arriva à Paris le 20 avril 1547 au quai des Célestins.

Pour comprendre la complexité et la minutie du système mis en place, le plus simple est de suivre l’aventure d’une bûche coupée en forêt de Saint Prix en décembre 1609, du temps d’Henri IV.

Le flottage à bûches perdues

Le bois coupé au début de l’hiver est stocké jusqu’à la foire au bois de Château-Chinon à la Toussaint 1610. Il est alors identifié par martelage et transporté à la retenue d’eau aménagée au Port des Lamberts près de Glux en Glenne. Plusieurs barrages ont ainsi été édifiés sur les petites rivières affluentes de l’Yonne.flottage-pause.jpg

 L’eau accumulée est brusquement lâchée créant un flot dans lequel les bûches sont précipitées. La nôtre a fait un voyage tranquille et a pu atteindre sans encombre le point de rassemblement à l’Etang d’Yonne (Le Chatelet), c’est le "petit flot".

Mais il n’en va pas toujours de même pour ses compagnes de voyage dont certaines se sont parfois accumulées, bloquant le flot. Les "poules d’eau" –un métier périlleux-  montés sur les bûches et les " cantonniers", à terre, leur ont permis de franchir les obstacles à l’aide de crocs.Moins chanceuses, les plus lourdes les "canards" sont restées au fond. On les récupérera durant l’été quand le niveau de l’eau baisse.charbonnier3.jpg

 Au printemps 1611 , la même opération, appelée maintenant "grand flot", conduit les bûches à Clamecy. Les "triqueurs" récupèrent les bûches et les trient en fonction de leurs marques avant de les empiler.

Pendant l’été, période de chômage technique, les flotteurs organisent des flottage-tirage.jpgjoutes dont le vainqueur devient  le "Roi Sec" qui sera pour un an leur porte parole. C’est le moment des rencontres entre marchands forains et marchands de bois parisiens. On fixe les prix . Les ventes peuvent maintenant commencer. A partir du mois de septembre, on confectionne les trains de bois et c’est le grand voyage vers la capitale.

A une vitesse moyenne de 20 km par jour, il fallait environ 11 jours pour arriver aux portes de Paris. Les trains étaient garés à Charenton. De là, les ouvriers des ports de Paris, les "plumets", les menaient à leur destination finale où ils étaient démontés, empilés et revendus aux particuliers. Et c’était le retour du flotteur vers Clamecy où l’attendait la construction et la conduite d’un autre train. A pied, en quatre jours, avec les trois mêmes étapes : Saint Mammès, Joigny, Auxerre.

Du Port des Lamberts à Paris, après un long voyage de près de deux ans, la bûche de Saint Prix avait parcouru plus de 300 kilomètres. Entre temps la France avait changé de roi, Louis XIII avait succédé à Henri IV.

Cela durera jusqu’au début du 20ème siècle. Le temps du chauffage au bois se termine ; celui du charbon arrive. En 1893, on arrête le flot des petites rivières (le Beuvron). Les bois de la Haute Yonne sont de plus en plus souvent chargés sur des péniches qui empruntent le tout nouveau Canal du Nivernais. Enfin en 1923, l’arrêt du hameau de la Forêt, en aval de Clamecy se rompt. On ne le réparera pas, l’aventure est terminée…Une aventure qui, au cours de quatre siècles a modelé autant les paysages que le cœur et l’esprit des hommes.

Quelques chiffres  ph58-clamecy.jpg

- En moyenne, les 3/4 des bois brûlés à Paris venaient du Morvan.

-  Jusqu'à 1 million de stères de bois ont transité en une seule année sur les ports de Clamecy.

 

-  Si Clamecy même comptait 500 flotteurs (ceux qui conduiront les trains à Paris), 4000 personnes y vivaient, uniquement du flottage.

 

-  A ce chiffre il faut ajouter les bûcherons qui coupaient le bois, assuraient Petit et Grand Flot habitant dans tout le Morvan ; tous les gardes, surveillants, fonctionnaires, représentants des compagnies et entrepreneurs de flottage qui vivaient à Clamecy.


 
-  Un train de bois avait en moyenne 75 m de long, 4,50 m de large et contenait de l80 à 240 stères...   3 à 4000 " rouettes " (liens) étaient nécessaires à sa confection.                                                                          Clamecy aujourd'hui 

 

-  En 1804, 3535 trains sont partis des ports entourant Clamecy. Et il faut y ajouter les 1050 formés à Vermenton !                                                                                                                                                                  

                                                                                                                                                                                                                                                
  
Départ et voyage des trains

 

Lorsque 50 à 100 trains étaient prêts et garés, un départ pouvait avoir lieu. Pour cela on lâchait l'eau des pertuis, successivement afin de provoquer, cette fois encore des crues artificielles.flottage.jpg

 

Chaque train était conduit par le flotteur qui avait dirigé sa construction. Jusqu'au dernier pertuis, en aval d'Auxerre, le flotteur était aidé d'un jeune garçon, un apprenti que l'on appelait "le petit homme d'arrière".

 

Le rôle de celui-ci était particulièrement important lors du passage des pertuis où le train devait effectuer un véritable saut, et où, malgré la souplesse de sa construction il risquait de se briser.

La plupart des pertuis alimentaient la roue d'un moulin. Là encore les meuniers percevaient une indemnité de chômage aux période "d'éclusées". En échange leurs ouvriers devaient également apporter leur aide aux conducteurs de trains.

 

 Sa tâche terminée, "le petit homme d'arrière" rentrait, à pied, à Clamecy (50 km environ). Après le dernier pertuis, le flotteur restait seul sur son radeau. Comme la plupart du temps, il fallait voyager de nuit comme de                              Reconstitution de nos jours
jour, il était nécessaire d'accoupler
 les trains deux à deux afin de permettre à chaque conducteur de se reposer à tour de rôle.                         
____logo-G-de-France.gif__________________________________________________________________________________________________________Logo-routard.jpg_____
  

      "L'Eau Vive" Chambres et table d'hôtes de grand confort "3 épis" au coeur du Parc Naturel Régional du Morvan 
                      www.leauvive.over-blog.com
________________________________________________________________________________________________________________________________________              
     

Repost 0
Published by christophe denis
commenter cet article